The Hauting of Hill House : merci Netflix

the hauting

 

 

Tout a commencé par une rumeur…… Netflix serait en négociations pour adapter le roman éponyme de Shirley Jackson

C’est officiel, Mike Flanagan adaptera pour la télévision le livre sous la forme d’une série de dix épisodes (il a déjà adapté le roman Jessie de Stephen King). La série se nommera The Hauting of Hill House En 1999, le réalisateur Jan de Bont avait adapté un film (Hantise) avec l’acteur Liam Neeson mais celui-ci n’avait pas beaucoup marché. Il faut dire que ce thème a été traité à de multiples reprises (Amityville, Conjuring, Poltergeist….) plus ou moins réussies.

La série est sortie le 12 octobre 2018 sur la plateforme Netflix. Présentée comme une série horrifique, je n’étais pas très emballé. De nombreux films sur le sujet des maisons hantées existent et se ressemblent tous.

Après avoir lu quelques retours, j’ai regardé The Hauting of Hill House……..

 

Bon alors de quoi ça parle ? De fantômes bien entendu C’est un drame où les fantômes ont une fonction secondaire. Le synopsis est on ne peut plus basique et pourtant Mike Flanagan réussi à nous tenir en haleine du début à la fin.

Tout commence dans les années 90′ où la famille Crain emménage dans un manoir afin de le retaper pour pouvoir le revendre. Victimes d’évènements surnaturels et d’un évènement tragique, ils quittent la demeure. 26 ans plus tard, les enfants Crain sont confrontés à une nouvelle tragédie qui va les obliger à affronter la Maison, leur passé et leurs démons intérieurs. Un passé qu’ils pensaient avoir oublié mais qui a su les rattraper.

Je place cette série dans mon top 5 séries 2018. Non ce n’est pas une histoire de fantômes (il y en a mais ils sont là pour une raison particulière…) ! Avec cette série, Flanagan évoque plutôt des sujets délicats comme le deuil, l’amour, la perte d’un proche… D’ailleurs, chaque personnage peut représenter un état d’esprit face à un drame (le déni, la colère, la dépression, l’acceptation…). Un peu à la manière de la série Lost, THOHH mélange flash back et moments présents. Un peu comme Lost, certains épisodes sont concentrés sur UN personnage. La série est facile à suivre mais on a tendance parfois à se sentir un peu perdu. C’est fait exprès ! Par exemple, pour savoir pourquoi “untel” fait ceci dans tel épisode, il faudra attendre un autre épisode pour avoir le point de vue d’un autre personnage. C’est la où Flanagan nous prouve son génie en nous dressant une série sous la forme d’un puzzle. Un évènement est dressé selon le point de vue de différents personnage ce qui nous permet d’en apprendre plus.
L’épisode 5 est bouleversant et nous promet un twist auquel on ne s’attend pas (sauf pour les habitués).
L’épisode 6 est un exemple de mise en scène avec un épisode d’1 heure entièrement réalisé en plan séquence tout en alternant moments présents et passés.

En ce qui concerne le final, Flanagan nous livre un épisode qui pourrait résumer nos sentiments face à un évènement…..
Bref, vous l’aurez deviné….. Impossible de resté insensible devant cette série qui mérite amplement un 9/10

Pour conclure sur une citation d’un personnage “La peur c’est renoncer à la logique”

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s